Au nom de Clara

Publié le par Une Pomme

Au nom de Clara

Je n'ai jamais autant lu depuis que j'ai mon Kindle. En une semaine et demie, j'ai ainsi lu ou relu L'île mystérieuse, Jane Eyre, Au nom de Clara et Les yeux couleur de pluie.

Si il n'est pas nécessaire de présenter les deux premiers que tout le monde connait au moins de nom, les deux autres sont une belle découverte. Je reviendrai sur Les yeux couleur de pluie sur un autre billet. Place Au nom de Clara, écrit par Patrick Philippart.

Le résumé:

Clara avait neuf ans, et la vie devant elle. Un avenir radieux, forcément radieux, lui était promis. Mais l’incompétence et l’indifférence coupable d’une série de gens en avaient décidé autrement. Ils se moquaient pas mal de la vie d’une petite fille inconnue. Ils avaient leurs propres problèmes, qui occupaient tout leur temps. Dans leur cœur, il n’y avait pas de place pour l’empathie. Et puis, ils savaient que, dans la grande majorité des cas, tout finit par s’arranger de soi-même. Les grandes vacances approchaient, les esprits étaient déjà loin de Paris, du côté des plages ensoleillées. Si le cas de Clara n’était pas résolu à la rentrée, il serait toujours temps d’y mettre davantage de moyens. Mais le cas de Clara n’allait pas se résoudre seul. Au contraire… Ce matin-là, lorsque Dimitri Boizot entra dans la grande salle de rédaction du journal L’Actualité, il se précipita en entendant sonner son téléphone de bureau. Il ne pouvait pas se douter que cet appel allait changer sa vie. Pourtant, à l’autre bout du fil, la voix de cette femme n’avait rien de menaçant. Elle était juste un peu trop aiguë, avec un zeste d’accent picard. Il avait alors imaginé une grosse dame dans la quarantaine, mal dans sa peau, choisissant ses mots avec soin. A une certaine époque, il existait une publicité affirmant que « le bonheur, c’est simple comme un coup de fil ». Dimitri, lui, s’il avait su où allait l’entraîner cet appel, aurait sans doute laissé le téléphone sonner dans le vide… Cette nouvelle enquête de Dimitri Boizot, la cinquième déjà, permet aux lecteurs de le retrouver dans le job qu’il affectionne le plus, celui de journaliste d'investigation.

Si j'ai commencé la lecture un peu sur mes gardes, ayant trouvé ce résumé plutôt brouillon et barbant, j'ai vite changé d'avis. J'ai vite eu envie de savoir qui était cette femme, pourquoi agissait-elle ainsi...Qu'est ce qui la poussait à commettre ces meurtres? Et aussi qui pouvait bien être cette Clara? Ce livre se lit d'une traite. Pas de temps morts, pas de longueur, pas d'ennui!

Visiblement, il s'agit du cinquième tome des enquêtes de ce Dimitri Boizot et j'ai bien envie de lire les quatre premiers du coup!

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article